« Bouches de Salpes » à Audierne

A découvrir dans le port d’Audierne

Avec le beau temps, c’est une multitude de mulets qui ont envahi le port d’Audierne mais aussi une curiosité rarement vue dans notre région…. on dirait des flotteurs en plastique … de longues chaines de petits boudins transparents, en fait, ils respirent, ils ouvrent la bouche ….. ceux sont des « Salpes ».

Bouches de Salpes - photo Christian Sardet

Bouches de Salpes – photo Christian Sardet

Longues chaines d’individus semblables, les salpes vivent en communauté et peuvent aussi s’individualiser. La chose la plus visible à travers leur tunique transparente, est un « nucléus » opaque, qui regroupe les viscères de l’animal.

Quelques millimètres pour les plus petites, 30 centimètres pour les géantes, les salpes se déplacent et se nourrissent en pompant de l’eau à travers leur corps tubulaires grâce à leurs ceintures de muscles.

Bien que d’apparence primitive ces salpes possèdent une bouche, un cœur, des branchies et même une sorte de placenta. Elles sont de proches ancêtres des poissons et des vertébrés.

Lorsque les algues microscopiques prolifèrent, les salpes s’en gavent et se reproduisent de façon asexuée et explosive. Une salpe solitaire bourgeonne une chaine de plusieurs dizaines de minuscules individus. ils grossissent… grossissent… jusqu’à la taille adulte. Certaines chaînes peuvent ainsi atteindre plus de dix mètres de long.

Bel exemple d’accord social: ces salpes enchaînées sont capables de synchroniser leurs contractions musculaires pour se déplacer dans les courants! Elles communiquent même entre elles par des signaux électriques.

Mais le lien qui les unit est fragile: un coup de mer et la chaîne finit par se disloquer. Chaque salpe – libérée – mènera une nouvelle vie et donnera naissance à une salpe solitaire qui bourgeonnera des chaines d’individus semblables.

Voir la vidéo de Christian SARDET, réalisation : Noé SARDET en suivant le lien ci-dessous

http://www.planktonchronicles.org/fr/episode/salpes-la-vie-enchainee

 

.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire