L’Askoy II le bateau de Jacques Brel

Jacques Brel à la barre de l'Askoy II

Jacques Brel à la barre de l’Askoy II

L’Askoy II, ce nom ne vous dit peut-être pas grand chose. Mais si l’on vous parle de Brel et des Marquises, vous commencez peut-être à voir de quoi il est question : l’Askoy, c’est le bateau qui a emmené Brel aux Marquises. Un bateau abandonné depuis des années. Et qui pourra reprendre la mer.

L’Askoy II a été construit en 1960 par Hugo Van Kuyk, autre personnage extraordinaire de l’histoire: Van Kuyk, c’était un architecte. C’est à lui qu’on doit le plan des barges de débarquement utilisées en Normandie.

L'Askoi

L’Askoi

Dans les années 70, Van Kuyk vend l’Askoy à Brel, qui, une fois arrivé aux Marquises, le revend à deux hippies, qui le vendent à un Allemand qui se révèlera plus tard trafiquant de drogue. Saisi à Fidji, c’est un Néo-Zélandais qui l’a acheté, et qui l’a perdu, échoué par une tempête sur un banc de sable, alors qu’il l’amenait dans son pays.

C’est donc à Baylys Beach, Nouvelle Zélande, que Piet et Staf Wittevrongel ont été retrouver l’Askoy, Le bateau, ils le connaissaient bien : c’est leur famille qui a vendu les voiles à Brel. Après un rapatriement à Ostende dans un navire porte-conteneurs, après la faillite de la société censée le retaper, aujourd’hui, l’Askoy repart vers un nouveau chantier naval où, il retrouvera son lustre oublié depuis des années.

L'épave de l'Askoi

L’épave de l’Askoi

Une fois restauré, l’Askoy devrait accueillir, gratuitement, ceux que Brel appelait les paumés du petit matin. Un rêve un peu fou ? Piet Wittevrongel tempère: « Disons que nous tentons, à notre manière, d’atteindre l’inaccessible étoile ».

C’est pour ce bateau que Brel a écrit et chanté :

« Prenez une cathédrale
Et offrez lui quelques mâts
Un beaupré, de vastes cales »

L'Askoi

L’Askoi

Un collectif d’associations vient de se créer dans le Cap Sizun pour aider à la restauration de ce bateau mythique de BREL. En contrepartie, l’association « Save Askoy » s’est engagée, lorsqu’il sera prêt à naviguer, de le faire venir chez nous. Et là, dans l’esprit où il a été récupéré, il permettra à quelques uns (des plus défavorisés) de tirer quelques bords inoubliables dans la Baie d’Audierne et peut-être en chantant :

« Alors sans avoir rien
Que la force d’aimer
Nous aurons dans nos mains
« Ami »
Le monde entier »

Affiche de la soirée Brel

Affiche de la soirée Brel

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire