La chapelle St Trémeur

Les Clédinois(es)

Cette jolie chapelle gothique a été construite en 1538

Chapelle St Trémeur

Chapelle St Trémeur

Et Saint-Gildas. Cette chapelle, de plan rectangulaire avec une chapelle en aile, date de 1538, ainsi que l’indique l’inscription de la façade sud.
Nouvel autel en pierre. Le retable du XVIIème siècle a été remonté contre le mur nord. Quatre colonnes, deux torses au milieu et deux lisses aux ailes, encadrent des niches à fond plat qui abritent trois statues en bois polychrome au centre Saint Trémeur portant sa tête, XVIIème siècle, à gauche, Saint Gildas, XVIIème siècle, et à droite, Sainte Tréphine tenant un livre (1865).
Sablières sculptées ; sur l’une d’elles, barques de pêche, oiseau pêcheur, dragon tenant une tête humaine. Sur le pignon, deux bateaux en bas relief.

Histoire de la chapelle

Cette jolie chapelle gothique a été construite en 1538, comme le confirme la longue inscription gothique, en langue bretonne qui décore sa façade. Perchée sur un escapement, elle domine le village de Trouguennour et la route du Loc’h au bourg de Cléden. Elle a fort belle apparence avec sa nef unique et un seul bras de transept. La facade sud et le chevet sont construits en pierres de taille.

Le mur ouest du transept est percé d’une porte gothique à contre-arcade, crossettes feuillagées, pinacles en nids d’abeilles et fleuron central.

Deux fenêtres flamboyantes, l’une au fond de l’aile, l’autre au fond de l’abside, ont été bouchées.

Sur le pignon sont scultés deux navires, genre de décoration commun à la plupart des églises et des chapelles du Cap-Sizun.

Sur la façade sud, une banderole tenue par un ange aux ailes déployées et abritée sous une corniche garnie d’une frise, porte une longue inscription bretonne ::

EN. ENOR. DA. DOE. ON. CROEAS.
DA. SANT. TREMEVR. DA. SANT. VELTAS.
EZ. E. OVE. FOVNTET. AN. CHAPEL. MAN.
AN. ZVL. KEN. FEST. AN. SPERET. GLAN.
OVZIT. BREMAN. AN. DAT. DRE. GONT.
MIL. PEMP. KANT. EIZ. BLOAZ. HA. TREGONT.

En l’honneur de Dieu qui nous créa
A saint Tremeur, à saint Gildas
Cette chapelle fut fondée
Le dimanche avant la fête de l’Esprit-Saint
Sachez maintenant la date par compte
En l’année mil cinq cent trente-huit

Sur ce même mur sud, onlit également : Y GOARDON. F. 1620

On remarque au-dessus d’une porte un écusson martelé.

Le petit clocher ajouré qui surmonte le pignon ouest contenait une cloche pesant 20 kilos. Cette cloche fut remplacée, le 24 février 1861, par une autre provenant du navire anglais DURHAM, qui fit naufrage au Trez Goarem en Primelin. Elle fut bénite à Saint-Trémeur même et fut nommée Marie jeanne de Saint-Trémeur Jacques Donnart, maire, et Catherine Bescou, du bourg.

La chapelle possède un autel du XVIIème siècle garni de boiseries assez remarquables. Sur le tabernacle se détache en relief l’image du Sauveur. Les trois autres statues en vénération sont toutes les trois au-dessus de l’autel : au milieu saint Trémeur décapité, tenant sa tête dans les mains ; à gauche saint Gildas en abbé avec mitre et crosse ; à droite, sainte Tryphine, mère de saint Trémeur, foulant aux pieds la tête de Conomore, son mari. Cette dernière statue ressemble étrangement à certaines statues de sainte Catherine d’Alexandrie, que l’on représente souvent foulant aux pieds un philosophe.

Source : livre de Daniel BERNARD (EC)

Les pardons à Saint Trémeur

Le pardon annuel a lieu le deuxième dimanche de l’Ascension, sans doute en commémoration de la bénédiction de la première pierre qui dut se faire le même jour en l’an 1538.

La légende de Conomor

Cruel et sans pitié ce Barbe-Bleue Breton obtint, de sa femme Tryphine, deux fils: They et Trémeur. Un jour, pris d’un soudain excès de rage, il decapita ceux-ci…
They et Tremeur prirent alors leur tête sous le bras et rejoignèrent un canot qui les attendait à la cote. Saint They, voulant disposer de ses deux mains pour manoeuvrer la frèle embarcation, remis sa tête à son emplacement originel et, par miracle, celle-ci repris immédiatement vie. Par contre, St-Tremeur, gèné par le vent et les vagues, ne parvint pas le même exploit que son frère*.
Leur traversée se termina à Porz ar Zent (le port aux saints), une petite anse du Cap Sizun.

*C’est en rapport à cette légende que Saint Tremeur est souvent représenté portant sa tête dans les mains.

La légende de Trougennour

Certains racontent encore qu’il existait, autrefois, un grand pardon plus grand et plus beau que ceux des alentours; que la chapelle était riche et possèdait des croix d’or.

Ces croix auraient été enterrées par le seigneur Trougennour qui fût tué peu de temps après, au siège de Pont-Croix.

Il existerai donc, d’après cette légende, un tresor enfoui dans la campagne cledennoise…

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire