Plogoff !!! Le Mystère du piano élucidé

Les Plogoffistes

Quelle ne fut pas la surprise des habitants de Plogoff et des touristes de passage de découvrir, en mars, un piano à la Pointe du Raz

Source Ouest France Chloë ViOLETTE – Photo Gaëtan KERAVEC

Face à la mer

Face à la mer

Il ne semblait pas avoir été traîné, et aucun début de piste ne permettait de comprendre ce qu’il fabriquait là, ni comment il y était arrivé.

Le côté à la fois romantique et surréaliste de l’affaire a soulevé la curiosité : les médias locaux, puis nationaux se sont emparés du sujet. Les théories et les rumeurs allant bon train. On a même trouvé quelques fâcheux, scandalisés par l’histoire. Derrière l’histoire : une démarche artistique.

Une thèse de cinéma

La personne à l’origine de toute l’histoire est un artiste basque, Marin Esteban. En début d’année, il était en train de finir sa thèse dans le domaine du cinéma. C’est lui qui achète le piano à la salle des ventes de Quimper, et l’installe sur la falaise, pour tourner un court-métrage dans le cadre de sa thèse. On peut y voir quelqu’un réalisant une improvisation : « Il n’a pas demandé la permission parce qu’il avait peur qu’on lui dise non », explique le maire, Maurice Lemaître.

Devant l’emballement que génère l’histoire, il choisit d’aller voir l’élu un peu plus tard pour lui avouer que c’était lui le responsable. « Je trouvais ça plutôt sympathique comme mise en scène », raconte Maurice Lemaître. Il doit reprendre contact avec la mairie pour réaliser une projection de son film à l’auditorium, suivie d’une conférence pour expliquer sa démarche. Mais l’histoire en a poussé d’autres à faire preuve de créativité.

Jouer du piano nu sur une falaise ? Chiche !

L’épisode donne en effet des idées à deux copains passionnés par le surf et le monde marin. L’un deux, Gaëtan Kéravec, est également photographe : il a pour habitude de réaliser ses photos autour de la mer et du surf entre le Cap-Sizun et le Pays bigouden.

Dès qu’il entend parler du piano il se dit que c’est l’occasion de réaliser un cliché à la hauteur du côté ubuesque de la situation. Ni une, ni deux, il embarque une chaise, son compère, et file à la pointe du Raz.

« Certains nous ont pris en photo de loin »

But du jeu : prendre une photo du copain en question nu comme un ver, avec des lunettes de soleil, en train de jouer du piano face à la mer. Pas facile en plein mois de mars, surtout que l’histoire a drainé pas mal de curieux sur le site : « Non seulement il faisait froid, mais il y avait beaucoup de monde. Il a fallu guetter un créneau sans avoir personne autour. Peine perdue. Certains nous ont pris en photo de loin pendant que je faisais la série de clichés », raconte Gaëtan. La photo est réussie, et assez cocasse.

Il la poste sur sa page Facebook, contribuant à ébruiter encore un peu plus l’affaire. La photo est reprise près de 700 fois sur le réseau social, puis par la presse locale… On en parle même aux Champs-libres à Rennes ! « De nombreuses personnes m’ont contacté parce qu’elles pensaient que c’était moi qui l’avais amené là exprès », raconte-t-il.

Une dernière chose : si le cliché vous a plu, sachez que Gaëtan Kéravec avait déclaré : « Si j’atteins 700 partages de la photo sur Facebook, je fais un bouquin de photos insolites du même cru, composé de poses et d’accessoires invraisemblables, dans des lieux invraisemblables. » Mais toujours avec la mer en toile de fond.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire