Les ornithologues débarquent à l’Ile de Sein

Les Sénans(es)

L’Ornithologie française est sur « les dents »

Reportage Michelle GELLE

Paruline en vol

Paruline en vol

Peu d’ornithologues en septembre. Mais en octobre ils sont venus de tous les coins de France, même des Asturies en Espagne et débarquent de l’Enez Sun à la recherche de l’« oiseau rare ». Ce sont des habitués pour la plupart, reconnaissables aux jumelles, aux longues vues et aux appareils photos plus puissants les uns que les autres, qu’ils portent. Ils sont actuellement environ 40 sur l’île, qui devient un des « hauts lieux » de l’ornithologie française. En effet, de par sa petite taille, de l’absence de relief et de milieux favorables, l’île est facile à prospecter, et est terred’accueil pour ces « grands voyageurs ».

A la Poste…

À peine débarqué du bateau samedi dernier, le message était « on se retrouve à la Poste ». À la Poste : non pas pour poster du courrier mais pour observer une grive à dos olive, fraîchement arrivée des USA et qui se promenait et se reposait dans un jardin ! La nouvelle avait traversé le Raz de Sein et tous les téléphones portables avaient répandu la nouvelle. Mais c’est Jean-Pierre Jordan qui a fait une découverte encore plus « extraordinaire ». Ses confrères disent de lui « il a réalisé notre rêve ».

Une première en France
Paruline

Paruline

Jean-Pierre Jordan vient tous les ans depuis 4 ou 5 ans à Sein. Il est dans la vie, pêcheur de perches, d’ombles chevaliers, de truites sur le lac Léman. Le 10 octobre 2 010 à 13 h 07, il a photographié une paruline à flancs marron juvénile à Kilaourou au sud de l’île. C’est la première fois qu’un tel oiseau est observé en France et dans ce qu’il est convenu d’appeler le paléarticque occidental. Il avait été observé précédemment, 2 fois en Grande Bretagne. Ce petit oiseau de 10 grammes environ, niche en Amérique du Nord et migre habituellement vers l’Amérique Centrale. C’est vraisemblablement la grosse dépression située sur l’atlantique nord de la semaine dernière qui a propulsé cette paruline vers l’Europe, soit 5 000 à 6 000 kms plus à l’est, à moins qu’elle ait profité d’un bateau pour faire cette traversée ! Il est impossible pour cette paruline de retouner aux USA. Elle va donc continuer à manger des insectes et se promener dans les fougères de Kilaourou. Cette partie de l’île qui redevient île à marée haute et qui est depuis dimanche très visitée ! Un leitmotiv : « avez-vous vu la paruline ? » D’autres oiseaux rares ont été signalés : un vireo à œil rouge, un pipit farlousane (2e fois observé en Bretagne et 2e fois en France), une fauvette à lunettes, des spatules…

Alban LAROUSSE, portrait d’un ornitholoque et illustrateur de talent
Alban Larousse

Alban Larousse

Parmi les nombreux ornithologues présents sur l’île, il s’en trouve un qui vient depuis de nombreuses années à Sein (1994). Ornithologue depuis son plus jeune âge (il s’intéresse aux oiseaux depuis ses 11 ans), il a commencé le dessin naturaliste à la même époque. Originaire du Loiret, Alban Larousse, dessine depuis ses 5 ans. À 16 ans il suit des cours de « gravure en taille-douce » à l’Ecole Estienne de Paris.

Alban Larousse a travaillé pour les Guides Gallimard, la Presse, les Collectivités Térritoriales, pour des Réserves Naturelles et des Parcs Nationaux. Il est l’auteur en autres d’un Carnet du Littoral sur « La Corniche Basque », et d’un album sur le « Parc du Mercantour ».

Alban Larousse dessine des instantanés, capturés sur le terrain. Ses outils : crayons, boîte d’Aquarelles, pinceaux… Carnets de croquis et pose un regard neuf sur son environnement.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire