Les « Maîtres de barque » du Cap Sizun

Le samedi 15 octobre à 14 heures, par une belle journée ensoleillée, nous nous sommes réunis pour une conférence sur les maîtres de barque du CAP SIZUN. Dans une ambiance très sympathique, nous avons analysé leur origine, leurs alliances, leurs possessions et les liens de parentèle et de clientèle qui les unissaient.

Par Jeanne MOLLET

Photos : Gabriel GORAGUER, Jo EVENAT

Bateau de pierre - Eglise saint Raymond - Audierne

Bateau de pierre – Eglise saint Raymond – Audierne

Le samedi 15 octobre à 14 heures, par une belle journée ensoleillée, nous nous sommes réunis pour une conférence sur les maîtres de barque du CAP SIZUN. Dans une ambiance très sympathique, nous avons analysé leur origine, leurs alliances, leurs possessions et les liens de parentèle et de clientèle qui les unissaient.

Originaires des six paroisses du CAP SIZUN, les maîtres de barque se sont installés très tôt à AUDIERNE consistant alors en un petit bourg, simple trève de la paroisse d’ESQUIBIEN. « ODIERNE » ou « Treffgoien », est mentionné pour la première fois en 1411. AUDIERNE était sous la domination du Vicomte de ROHAN et de Léon ; du Seigneur de TYVARLEN. Aux siècles suivants AUDIERNE relevait en supériorité du marquis de ROSMADEC, de l’Evêque (fief des Régaires), et des Seigneurs régnant alors sur les paroisses d’ESQUIBIEN et de PRIMELIN : les Seigneurs de LEZONGAR Seigneurs de Lezongar, manoir à ESQUIBIEN, de Kerspern, de Trouguenour et et de Bresoulous à CLEDEN…, HEUC Seigneur de Lezongar, de Lestiala, de Bresoulous, héritier des LEZONGAR…; du MENEZ Seigneur du Menez, de Lezurec (allié aux LEZONGAR Sr de Kermabon) …, de ROSPIEC Seigneur de Kermabon et de Kerhuon à ESQUIBIEN, du Mené Clisson à GOULIEN, de Trevien à PONT CROIX…., de KERGARIOU Sr du Grand Menez, de Kerancorre, de Kermabon à ESQUIBIEN héritier des ROSPIEC de Kermabon.

Ces six derniers seigneurs relevaient eux-mêmes directement du Roi, où en arrière fief des ROSMADEC.

Bateau de pierre - Eglise de Cléden Cap Sizun

Bateau de pierre – Eglise de Cléden Cap Sizun

Un parchemin découvert dans un fonds d’archives privées, datant de 1569, que nous avons analysé, nous a confirmé que les barques étaient possédées en indivision au moyen de capitaux communs. Ainsi la barque « le Glaouer de Cléden », du port d’AUDIERNE, était possédée par les consorts JOURDAIN – MICHELET – PORLODEC – CAIFFAS – COQUET et MAT, maîtres de barque à AUDIERNE, tous alliés, originaires du village de Kerfeurguel à CLEDEN.

Les mêmes maîtres de barque, demeuraient aussi au village de Brineoch à ESQUIBIEN, où se situaient d’importantes sècheries de merlus, juliennes, congres etc….Le commerce maritime florissant au XVIème sièce et au XVIIème siècle à AUDIERNE, reposant essentiellement sur le trafic du vin de BORDEAUX, a favorisé la fortune de quelques uns de nos « sires » ou « honorables hommes », ou encore « maîstres », qui en profitèrent avec leur monnaie « sonnante et trébuchante », pour acheter des terrres nobles aux seigneurs devenus impécunieux à la suite des guerres de la Ligue.

Bateau de pierre - Eglise de Confort Meilars

Bateau de pierre – Eglise de Confort Meilars

Leurs enfants deviendront notaires ou parfois même avocats. L’aveu MOLAC de 1682 décrit le bourg d’AUDIERNE composé d’une rue principale : la Grande rue (actuellement rue Louis Pasteur), et de trois petites rues qui y débouchent : la rue Double, la rue du Château et la Rue Coste Cleden (acutellement rue GUEZNO).

Au village de Kerfeurguel, composé de quatre tenues nobles relevant directement du Roi, nos maîstres de barque achetèrent en 1640 les terres où ils étaient simplement domaniers, à leurs Seigneurs fonciers supérieurs qui se nommaient alors : le Seigneur de SALUDEN du manoir de Kerazan à CLEDEN ; le Seigneur du RUSQUEC ; le Seigneur de GUINGAMP originaire de Sainte Séve à SAINT MARTIN de MORLAIX ; et le Seigneur de KERHARO Sr de Kerharo et de Trevenan à CLEDEN…. Devenus à leur tour propriétaires du fond de la terre, nos maîtres de barque rendirent aveu directement au Roi en 1640.

Bateau de pierre - Eglise Saint Goulven Goulien

Bateau de pierre – Eglise Saint Goulven Goulien

C’était en principe, la promotion sociale assurée. Toutefois, les terres de Kerfeurguel demeuraient quand même en « indivision », ce qui ne manqua pas de créer des conflits, des procès, et d’inextricables problèmes d’attribution au cours des siècles suivants, au sujet du paiement de la rente due au Roi. Ce même schéma s’applique à tous nos maîtres de barque installés à AUDIERNE, soucieux forture faite, d’acheter des terres, d’en prendre la titulature et si possible d’acheter une charge de notaire. Ainsi les PORLODEC maîtres de barques à AUDIERNE, puis notaires, se feront appeler PORLODEC Sieur de Mesmeur en GOULIEN, de Keristin, de Lanvarzin, de Kerefram, de Kerancorre, du Menez Bian., de Kerermen à CLEDEN.., Les le CLERC Sieur de Lezngar à ESQUIBIEN ; les BERIET originaires de CLEDEN, Sieur de Kerandraon à PRIMELIN, de Keriolet à CLEDEN, de Saoutenet à PLOGOFF…, les MICHELET Sieur du Menez Bian, de Suguensou, de Kerermen.., les BELLEGUIC Sieur de Kerandraon à PRIMELIN, de Kerspern à CLEDEN., de Kerventic et de Kergadec à ESQUIBIEN alliés aux COQUET de Kerfeurguel et de Kerham à CLEDEN ainsi qu’aux PRIOL de Landrevet.., les PRIOL quant à eux se feront appeler Sieur de Landrevet, de Brineoch, de Kergadec à ESQUIBIEN, de Kerventic etc…

Toutefois, beaucoup d’entre eux ne possédaient pas le fond de la terre, mais uniquement les droits réparatoires appelées aussi « surfaces », et payaient des rentes, des chefrentes, des censies, des tailles, des fermes, des corvées etc…, à leur Seigneur supérieur.

Nos maîtres de barque devenus fonciers en 1640 à Kerfeurguel, et demeurant aussi au village de Brineoch à ESQUIBIEN, achetèrent égalemeur des terres à Brineoch, à Lervily et à Landrevet à ESQUIBIEN où se trouvaient d’importantes sècheries de merlus, juliennes, congres etc…. Les villages de Lervily, Brineoch, Landrevet etc…, étaient arrentés en merlus, chapons, combles de froment, et argent. Ces rentes étaient payables aux consorts QUILLIVIC propriétaire foncier du village de Lervily / KERNAFLEN de Kereben et de Kergos / ERNOTHON Baron du PONT, seigneur de PONT L’ABBE, de Trevilit, de la Coudraie à TREMEOC, de Kerlagatu, de Kergos, de Kerdegace, de Coetmeur, de Lescoulouarn, de Lestembech, de Pratglas, du Merdy à BEUZEC CAP SIZUN etc….; au Marquis de ROSMADEC ; au Seigneur de Lezurec possesseur de Brineoch, au Seigneur de KERDEGACE ; au Seigneur de ROCERFF. Les maîtres de barque dénommés JOURDAIN, Corentin le GOUIL du village de Brineoch à ESQUIBIEN demeurant à AUDIERNE et Alain le NORMANT de Brineoch, domaniers sur un « estage » au village de Brineoch relevant du fief du Seigeur du MENEZ de Lezurec, réussirent également à acheter leurs terres.

A leur tour ils se firent appeler le GOUIL Sieur de Pelan, du nom d’un village à PLOZEVET qui leur venait des DEUFFIC Sieur de Pelan avec qui ils étaient alliés ; les BLOUCH se disaient Sieur de Custren, de Penarmenez, de Penamprat ; les GUILLOU quant à eux s’intitulèrent Sieur de Kervesit, de Kerancorre etc….Les le GOUIL Sieurs de Pelan après s’être alliés aux DEUFFIC Sieur de Pelan, s’allieront aux MICHELET Sieur de Suguensou, du Menez Bian, de Kerodeven…. et aux PRIOL du village de Landrevet qui entre temps avaient aussi acheté des terres à Landrevet par contrat en date du 6 novembre 1657.

Bateau de pierre - Eglise de Plogoff

Bateau de pierre – Eglise de Plogoff

Au XVIIIème siècle, les héritiers des consorts KERNAFLEN de Kergos et de Kereben / ERNOTHON baron du PONT, possédaient encore des héritages en fond au village de Brineoch qu’ils cédèrent pour la somme de 3000 F à Jean PRIOL époux de Marie Anne COIC du village de Brineoch, veuve de Guillaume KERREST. On retrouvera ces mêmes terres de Brineoch chez Mathieu THALAMOT notaire royal et apostolique exerçant au village de Custren à ESQUIBIEN, allié aux KERLOCH de Kerloch Huella en PRIMELIN et aux PRIOL des villages de Brineoch, de Kergadec, et de Landrevet etc…

La prospérité d’AUDIERNE va durer jusqu’au milieu du XVIIIème siècle environ. Les archives nous révèlent alors une ville sinistrée, un port non entretenu, des quais en ruine et des rues impraticables. Les maîtres de barque les plus avisés quittèrent AUDIERNE pour s’installer à POULDAVID et PLOARE utilisant des bateaux de plus gros tonnage et créant de nouvelles dynasties familiales avec les de LECLUZE des Hoguettes, de Trevoedal…- les PORLODEC de Lanvarzin – les GRIVART de Kerstrat – les MADEZO presseurs de sardine, originaires de POULLAN, mais ceci est une autre histoire….

Nous nous sommes séparés vers 18 heure 30 après une discussion très intéressante et constructive, avec l’envie certaine de renouveler l’opération, car les sujets sur le CAP SIZUN, non encore explorés, ne manquent pas.

Sources : « Etude d’un groupe de maîtres de barques d’AUDIERNE, leur origine, leurs alliances, leurs possessions, leurs liens de parentèle et de clientèle », d’après les aveux de leurs suzerains, s’échelonnant de 1540 à la fin de l’Ancien Régime.

Edition : Jeanne MOLLET

Vous pourriez aussi aimer...

1

  1. carval dit :

    Bonjour
    Une erreur s’est glissée dans vos recherches:
    Le Sieur HERVE BERIET n’est pas de kerandraon Primelin,mais d’Esquibien,car il se trouve qu’il est notamment le grand père maternelle de Mr le Duff De Mezonan et aussi celui des frères Guezno
    J’habite à Kerandraon à Esquibien et est en ma possession les documents qui le prouve.
    Si toutefois l’info ne vous interresse pas ,tan pis pour le sieur Bériet qui restera rattaché à Primelin
    d’ou il n’a strictement aucunes origines
    cordialement

Laisser un commentaire