Doléances des mareyeurs – Ouest Eclair

Ouest Eclair du 9 février 1903

Les mareyeurs d’Audierne exposent ainsi leurs doléances contre le retard apporté dans le retour des colis vides : Les Compagnies de chemins de fer transportent à un tarif spécial très réduit les colis de marée vides, qui nous sont retournés par nos clients. Ce transport s’effectue sans qu’il y ait de plainte sérieuse a formuler contre ces différentes Compagnies.

« Seule, le Compagnie dn chemin de fer départemental, abusant d’un texte qui la met à couvert en cas de perte on de retard, laisse nos colis vides en souffrance pendant uu mois et même deux dans la cour de la gare de Douarnehez. Pendant ce long. séjour, la plus grande partie disparaissent ou sont brisés.

« Une commission d’ingénieurs réunie l’année précédente avait examiné nos revendications qui furent reconnues légitimes. Il s’ensuivit que la Compagnie départementale s’engagea moralement à transporter nos colis dans le délai de trois jours, autant que le service le permettrait.

« Ce beau zèle eut la durée d’un feu de paille. Depuis longtemps déjà la même incurie préside aux services de la Compagnie à Douarnenez, de sorte que, devant les préjudices incessants qui nous sont causés, nous nous voyons dans l’obligation de revenir à l’ancien mode de transport par voiture.

 

Recherche d’archives Jean Jacques Pérès

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.