Arrêtons le massacre des abeilles !!!

Par Jean Pierre CALVAR

Essaim d'abeilles

Essaim d’abeilles

Depuis quelques semaines, des mortalités importantes d’abeilles ont été constatées sur plusieurs ruches dans le Cap Sizun. Ces mortalités sont intervenues à la suite de traitements phytosanitaires réalisés sur plusieurs parcelles : la relation de cause à effet est évidente.

Elles ont déjà du mal à survivre avec les parasites, les maladies et bientôt le frelon asiatique. Si l’on rajoute les produits de traitement, elles n’ont plus aucune chance de survivre. Elles sont pourtant indispensables pour assurer la pollinisation des plantes cultivées : sans elles, plus de fruits, plus de graines.

Pourtant, les règles d’application de ces traitements sont très strictes et doivent être obligatoirement respectées. Les produits utilisés font l’objet d’une règlementation qui, malheureusement, n’est pas respectée par tous.

Ruches dans le Cap Sizun

Ruches dans le Cap Sizun

Que l’on soit professionnel, agriculteur ou jardinier amateur, celle-ci doit s’appliquer.

Les produits dangereux doivent être appliqués par des professionnels formés pour leur application et, en aucun cas, ils sont interdits aux particuliers.

D’autres règles doivent aussi s’appliquer. Le traitement doit se faire impérativement par temps calme, et non, comme cela a été le cas ces dernières semaines, par vent soutenu.

D’autres règles de bon sens peuvent aussi s’appliquer.

Pour protéger les abeilles, indispensables à la biodiversité, les traitements pourraient avoir lieu en soirée, une fois les abeilles rentrées à la ruche. Il est aussi recommandé de ne pas traiter les plantes en pleine floraison : les abeilles viennent butiner les fleurs et s’empoisonnent. Elles réussissent parfois à rentrer à la ruche et meurent.

Le long des cours d’eau, même temporaire, il est demandé de laisser une bande enherbée de 10 mètres, non cultivée, pour protéger les milieux aquatiques et favoriser la biodiversité : ce n’est pas toujours respecté

Qu’allons- nous laisser à nos enfants sur cette terre que nous maltraitons tous les jours ? Je veux bien croire que les agriculteurs doivent utiliser des produits phytosanitaires, mais alors, qu’ils les utilisent de la façon la moins nocive possible, en respectant l’environnement. Quant aux particuliers, jardiniers amateurs, qu’ils arrêtent de jouer aux apprentis sorciers en utilisant ces produits sans connaissance des risques et des dangers qu’ils encourent et qu’ils font courir aux autres.

Si tout le monde fait un effort, la situation s’arrangera et les abeilles pourront à nouveau butiner sans trouver la mort au cœur des fleurs.

Merci pour elles !

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire