Après le naufrage de l' »Ange Gabriel » – Ouest Eclair

Ouest Eclair du 18 avril 1914

On se rappelle que, lors de l’a dernière tempête, neuf marins, presque tous pères de famille, périrent en mer à un mille de la pointe de Lervily.

Les circonstances qui ont entouré la mort de ces pêcheurs et le deuil qu’on eût pu éviter ont douloureusement ému la population d’Esquibien.

Depuis ce jour la question sepose de savoir s’il est possible d’installer, dans le plus bref délai, une station de bateau de sauvetage dans le petit port de Landrévet.

Personne ne doute que si cette installation avait été faite •avant le naufrage, nous n’aurions pas eu à déplorer la mort de ces malheureux.

 

Recherche d’archives Jean Jacques Pérès

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire